Brève Histoire de l'indigo en Guadeloupe

 La culture de l’indigo fut introduite par les Espagnols

  au Seizième siècle dans les Grandes Antilles où elle

  connut un bel essor notamment à Saint-Domingue.

  Elle n’apparut dans les Petites Antilles qu’après

  la chute du prix du tabac autour de 1640. La période florissante

  de l’indigo se situa entre 1680 et 1719.

  En effet, douze indigoteries sont signalées en Grande-Terre        (recensement de la Guadeloupe de 1682)

  et plus de cent indigoteries sont dénombrées en Guadeloupe

  et dépendances pour l’année 1686.


  La Grande-Terre et Marie-Galante produisaient, à elles seules,

les deux tiers de la production totale.

 

Cette production est écoulée en Guadeloupe, en Martinique, auprès

des marchands français et étrangers, notamment des Hollandais.



A la fin des années 1720, Marie Galante qui ne compte plus que

17 indigoteries pèse peu face aux deux mille sept cent quarante-quatre

unités que compte l’île de Saint-Domingue cette culture s’est

  particulièrement développée.


 Cette île s’impose dès lors comme principal fournisseur de la France

en sucre et en indigo au détriment des Petites Antilles.

 A Marie Galante, l’indigo cède peu à peu sa place au coton , au café

et à la canne et s’éteint vers 1735.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site